Visuel officiel de la saison #5
Dis] Play Off [Line
Photo : Simon Castelli-Kérec
Courtesy Les Tanneries – CAC

Lucy + Jorge Orta
OrtaWater – Zille Fluvial Intervention Unit, 2008
Photo : Justin Jin
Courtesy Lucy + Jorge Orta
© ADAGP, Paris, 2020

Benoît Maire
Peinture de nuages, 2020
Photo et courtesy Benoît Maire
© ADAGP, Paris, 2020

Cécile Le Talec
Visuel officiel de l’exposition
Atlas / partitions silencieuses
Vue aérienne de l’Atlas, Maroc, 2020
Photo : Cécile Le Talec
Courtesy de l’artiste
et des Tanneries – CAC, Amilly

Camille Besson, Raphaël Rossi, Maxime Testu, Victor Vaysse
Vue de l’exposition
La Capitale, Tomes I et II, vol. I
Photo : Aurélien Mole
Courtesy Les Tanneries – CAC, Amilly

Ludovic Chemarin©
Kentia©, 2020
Vue de l’exposition Ludovic
Photo : Simon Castelli-Kérec
Courtesy Les Tanneries — CAC, Amilly

Les Simonnet
Le Kioskeamanourrice
Vue d’installation, ENSBA Paris
Photo et courtesy des artistes

Martine Aballéa
Visuel officiel de l’exposition
Résurgence
Photo : Margot Montigny
Courtesy de l’artiste
et des Tanneries – CAC, Amilly

Minia Biabiany
Toli toli, 2018
Vue d’exposition
We Don’t Need Another Hero, 10è Biennale de Berlin, 2018
Partenaires : Biennale de Berlin et Horizn Biennial Award.
Photo : Tim Ohler
Courtesy de l’artiste

Nikolaus Gansterer
Visuel officiel de l’exposition
Figures de pensées
Photo : Nikolaus Gansterer & Klaus Speidel
Courtesy des artistes
et des Tanneries – CAC, Amilly

Artistes : Martine Aballéa, Camille Besson, Minia Biabiany, Ludovic Chemarin©, Sammy Engramer, diplômés de l'ÉSAD Orléans, Francesco Fonassi, Nikolaus Gansterer, Michala Julinyova, Élodie Lesourd, Cécile Le Talec, Benoît Maire, Lucy + Jorge Orta, Raphaël Rossi, Bernhard Rüdiger, Florence Schmitt, Leander Schönweger, Les Simonnet, Klaus Speidel, Maxime Testu, Victor Vaysse  / Programmation : Éric Degoutte

Les Tanneries – Centre d’art contemporain inaugurent le samedi 10 octobre 2020 leur cinquième saison artistique intitulée Dis] Play Off [Line qui s’étendra jusqu’au 29 août 2021. Véritable trait d’union entre les Figure[s] de la saison précédente et les Motifs de la saison suivante qui viendront l’habiter çà et là dans des versions métamorphosées – qu’elles soient prolongées ou anticipées –, ce nouveau cycle de programmation entend parachever les grandes évolutions qui ont marqué les cinq premières années d’existence du centre d’art et faire montre de ses ambitions futures dans une forme de rite de passage vers l’âge adulte, n’attendant pas pour cela d’avoir atteint l’âge de raison.

Pour autant, ce passage se fera sous le signe du jeu – qui n’est pas sans avoir de rapport, ici, avec la notion de défi. Qu’il soit de rôle, de langages, de gestes, de formes, d’associations, de scénographies ou de regards, le jeu – accompagné de ses règles et de leurs infractions – est le principal catalyseur de la diversité des présences, des intentions, des œuvres et de leurs mises en perspectives proposées par Les Tanneries d’octobre 2020 à août 2021.

Rien de tel, alors, qu’un jeu de mots pour constituer le fil rouge de cette nouvelle saison : Dis] Play Off [Line. Jeu de mots qui, sous ses airs de message crypté, ne signifie pourtant rien, tel quel. Ce sont ses décompositions et recompositions, sur un modèle combinatoire et modulaire, qui sont porteuses de sens, prédisposant l’esprit du créateur et celui du regardeur à une mobilité engagée, entre ingéniosité, curiosité et espièglerie.

De l’élaboration à la mise en place des dispositifs de représentation (display) à l’activation ou la désactivation des œuvres (play / off) en passant par la définition, le contournement, le déplacement voire le détournement des lignes de la création comme de celles de ses présupposés (play line(s)), Les Tanneries offrent un cadre et des espaces mouvants et adaptables aux artistes comme aux publics afin de favoriser l’émergence d’une multiplicité de gestes et de points de vue. Cette invitation à l’exploration et à l’expression de nouveaux possibles dans le champ du signe s’accompagne également d’une incitation à se confronter aux limites, aux manques, aux vides, aux suspensions ou aux effacements…

Dans le prolongement de ces réflexions, le travail d’accompagnement de cette nouvelle saison de programmation viendra par ailleurs souligner plus avant le rapport entre le visible et l’invisible des processus de création et de conception des expositions, mettant en résonnance de manière polymorphe leurs coulisses et leurs archives ; éléments latents et sous-jacents qui donnent lieu au développement parallèle de ce que l’on pourrait appeler une « poétique de l’offline », qui révèle et relève de(s) sélections et de(s) choix caractéristiques.


L’ouverture de cette nouvelle saison est marquée par les présences de Figure[s]  rattachées à la saison précédente qui, déplacées dans un nouveau contexte de programmation, se livrent à l’expérience de la partie rejouée, ayant su profiter du « temps-mort » imposé à tous par le confinement pour affiner ou remodeler leurs projets qui se trouvent dès lors renouvelés.

Ils le sont au travers de perceptions, d’expérimentations et de tentatives de significations du monde stratifiées et ouvertes qui, si elles sont différenciées, n’en sont pas moins complémentaires, depuis l’urgence des enjeux géopolitiques, migratoires et climatiques portés par Lucy + Jorge Orta dans la combinaison de plusieurs installations monumentales en Grande Halle jusqu’aux détournements – pour mieux les dépasser – des systèmes et catégories classiques du monde de l’art dans les interventions de Camille Besson, Raphaël Rossi, Maxime Testu, Victor Vaysse en Petite Galerie ou encore de Ludovic Chemarin© dans le Parc de Sculptures. Quant aux entremêlements de grandes et petites histoires – profondément ancrées dans des temps et des géographies singulières – que présentent Benoît Maire en Galerie Haute et Cécile Le Talec dans la Verrière, ils en posent d’autres conditions au travers de transcriptions, d’apparentements et de combinaisons.

Le renouvellement partiel de l’exposition Presqu’île présentée dans le Parc de Sculptures participera de ce nouvel élan avec l’arrivée de Siècle XXI ! (2007) de Bernhard Rüdiger, préfigurant ainsi son exposition à venir en juin 2021.


10 octobre 2020 à partir de 15h30 : inauguration de la 5e saison artistique / vernissage du 1er cycle d’expositions et du renouvellement du Parc de Sculptures

* Lucy + Jorge Orta : Interrelations, Lucy + Jorge Orta, Grande Halle, visible jusqu’au 10 janvier 2021
* IN HAWAII, Benoît Maire, Galerie Haute, visible jusqu’au 13 décembre 2020
* Atlas / Partitions silencieuses, Cécile Le Talec, Verrière, visible jusqu’au 13 décembre 2020
* La Capitale, Tomes I & II, vol. II, Camille Besson, Raphaël Rossi, Maxime Testu, Victor Vaysse, Petite Galerie, visible jusqu’au 13 décembre 2020
* Ludovic, Ludovic Chemarin©, Parc de sculptures, visible jusqu’au 13 décembre 2020
* Presqu’île #5, renouvellement partiel du Parc de Sculptures avec Siècle XXI ! de Bernhard Rüdiger

21 novembre 2020 : performance Partitions dansées de David Drouard dans le cadre de l’exposition Atlas / Partitions silencieuses de Cécile Le Talec

12 décembre 2020 : conversation publique avec Camille Besson, Raphaël Rossi, Maxime Testu, Victor Vaysse

9 janvier 2021 : conversation publique avec Lucy + Jorge Orta dans le cadre du finissage de leur exposition Lucy + Jorge Orta : Interrelations

9 janvier 2021 : vernissage du 2e cycle d’expositions, partie 1

* Les Simonnet, Galerie Haute, visible jusqu’au 7 mars 2021

23 janvier 2021 : vernissage du 2e cycle d’expositions, partie 2

* Résurgence, Martine Aballéa, Grande Halle, visible jusqu’au 21 mars 2021
* Minia Biabiany, Petite Galerie, visible jusqu’au 21 mars 2021
* les diplômé.e.s de l’ÉSAD Orléans, Verrière, visible jusqu’au 14 mars 2021

6 mars 2021 : conversation publique avec les Simonnet

21 mars 2021 : conversation publique avec Martine Aballéa et Minia Biabiany

27 mars 2021 : projet Cyber_Cave en partenariat avec l’ÉSAD Orléans

3 avril 2021 : vernissage du 3e cycle d’expositions

* Figures de pensée, Nikolaus Gansterer, commissaire invité Klaus Speidel, Galerie Haute, visible jusqu’au 30 mai 2021
* Sammy Engramer, Grande Halle, visible jusqu’au 30 mai 2021
* Élodie Lesourd, Petite Galerie et Verrière, visible jusqu’au 30 mai 2021

24 avril 2021 : conversation publique avec Sammy Engramer et Élodie Lesourd

29 mai 2021 : conversation publique avec Nikolaus Gansterer et Klaus Speidel

26 juin 2021 : lancement des (F)estivales et vernissage du 4e cycle d’expositions

* (F)estivales, les 26 et 27 juin 2021. Week-end estival de rencontres artistiques, de performances, de concerts et de projections.
* Chambre double, monographie rétrospective de Bernhard Rüdiger dans la Grande Halle et expositions personnelles commissariées par Bernhard Rüdiger de Francesco Fonassi, Michala Julinyova, Florence Schmitt, Leander Schönweger, Galerie Haute, Petite Galerie et Verrière, visible jusqu’au 29 août 2021

29 août 2021 : finissage de la saison #5 et restitution de la résidence d’auteur


>> Retrouvez le fil de la programmation sur : http://www.lestanneries.fr/agenda/