Wesley Meuris
Case R-05/Q-QC-001, 2016
courtesy : galerie Jérôme Poggi

Compare two Magnificent Pieces of the Collection, 2012
crédit photo : E.Chenal

UNE RÉSIDENCE DE WESLEY MEURIS


Invité en résidence de création dans les ateliers du centre d’art, l’artiste belge Wesley Meuris découvre et arpente la Grande halle. Cet espace conserve visibles les singularités architecturales liées aux anciennes activités de tannage des peaux animales. Il comporte également la signature de l’architecte en charge de la transformation du bâtiment industriel en centre d’art.

Cette métamorphose du site conduit Wesley Meuris à concevoir un dispositif sculptural qui permettra au visiteur de ressentir cette « mue » pour mieux habiter le lieu et en percevoir les nouveaux usages.
Observant attentivement les architectures et les aménagements intérieurs de nos lieux publics, il en extrait les principes de conduite. Il donne à percevoir ce qui les fondent et les optimisent à des fins définies : encourager des attitudes, valoriser des contenus ou des évènements, orienter les regards et le déplacement des corps dans les espaces. Ces formes de conduite devenant parfois formes de contrôle, pour mieux répondre à des dispositifs finalement assez autoritaires.
Wesley Meuris développe un travail d’installation qui rejoue, exacerbe parfois ces formes de conduite pour les interroger. Car c’est à travers ces formes que s’expriment les systèmes de monstration, de diffusion et d’information qui sont liés au monde de la communication et du marketing, au monde des loisirs et du tourisme culturel, au champ de l’art ou des savoirs.
Vitrines, estrades, socles, écrans et supports d’affichage, ameublements d’accueil et de rangement deviennent chez lui autant de modules exploités pour leurs qualités sculpturales, fonctionnelles, narratives, fictionnelles. Ces formes modulaires et mobilières composent le vocabulaire constitutif de ce que l’on appelle « un display ».
Wesley Meuris se saisit de l’invitation faite des Tanneries pour prolonger sa réflexion, la mettre à l’épreuve d’une nouvelle histoire émergeant de ces lieux avec la mise en oeuvre d’une première saison artistique.
Considérant ce nouveau dispositif de visibilité qu’est ce centre d’art – où se travaille aussi le contexte de construction du regard porté sur l’art – Wesley Meuris conçoit actuellement une structure mobile visant à être déployée de l’intérieur vers l’extérieur du bâtiment. Elle se décline en autant de plateformes et de passerelles liant les abords du parc, le parvis extérieur et les espaces intérieurs (espaces, lumières, sonorités) de la Grande Halle.

Ce dispositif s’adosse à la physionomie du bâtiment dont les anciennes cuves de tannage et les larges ouvertures affirment une structure circulatoire en croix. En intervenant sur le site, cette structure liée à la fonctionnalité des anciennes tanneries peut dès lors être librement arpentée, parcourue et traversée par la circulation des corps et celle des regards.
Pensé comme un vaste espace de rencontres et de prises de paroles, telle une plateforme accueillant spectacles vivants et performances, conférences et autres évènements, cet espace performé du geste artistique (In Situ) sera aussi un espace d’expériences sensibles, individuelles ou collectives. Traversée par ces multiples mouvements, la Grande halle prendra ainsi la forme d’un réceptacle d’histoires à découvrir, à vivre, à projeter ensemble.