Pendant la durée de l’exposition Trop près du Loing, l’artiste a positionné l’image d’un limnimètre sur 5 façades (La salle des fêtes de Montargis, Le musée Girodet, Le Moulin Bardin, Le silo Caproga et Les Tanneries), pointant ainsi 5 étapes d’un parcours.

La carte du chemin

Chaque étape est présentée dans une application développée par les Tanneries. Il est ainsi possible dans le paysage même, d’entendre et de lire le témoignage et retrouver sous une autre forme le propos artistique de l’exposition.

Mon fils m’appelle en me disant « l’eau, elle a bien monté », elle est dans les prés en bas, il va falloir rentrer les animaux.
Je lui dis « écoute, pas de soucis, je suis pas inquiet, on verra ça demain pour rentrer les animaux, y’a pas de raison ».
Vers minuit, mon fils me dit : « écoute papa… il vient me réveiller en me disant « l’eau elle monte, l’eau elle monte, il faut aller voir ».

Donc je suis descendu, on a été voir, et effectivement, l’eau avait bien bien bien monté.
Quand j’ai vu ça j’ai dit on va commencer à rentrer les animaux, donc j’ai pu rentrer les chevaux, tous les animaux domestiques.
L’eau montait, l’eau montait et là je commençais quand même à m’inquiéter…

J’ai tellement vu de choses arriver très vite, mon fils qui a failli se noyer parc qu’il voulait aller couper les filets de ses volières à la nage,
et il s’est pris malheureusement un tronc d’arbre qui l’a cogné; les pompiers l’ont rattrapé, ils lui ont dit : « écouter, faut arrêter maintenant ».
Il y avait des kangourous, il y avait des daims, j’avais des mares, des lamas, des chèvres naines, tout ça, donc ça a été très très compliqué pour aller les rechercher.
J’avais un endroit pour les attraper, les animaux se laissent attraper sans aucune difficulté, même les daims et les wallabies; le seul souci, c’est que là, les animaux,
comme les humains, ils sont affolés, la panique…
Même si les pompiers avaient un bateau pour essayer de les attraper, c’était impossible…En fait les animaux sont morts d’épuisement.

Quand l’eau, malheureusement, a baissé, sept ou huit jours après, on a retrouvé effectivement des cadavres d’animaux un peu partout. C’était terrible, c’était terrible !
Moi j’ai retrouve deux femelles daim mortes, à 1 mètre quatre vingt, perchées dans les arbres. Les daims ont en a sauvé deux, on a sauvé une femelle, qu’on a pu attraper sur la route, et puis mon mâle blanc, qui était dans la rue après le pont, sur la gauche.

Donc ce que j’ai fait c’est qu’aujourd’hui j’ai des animaux qui sont que des animaux domestiques, que je puisse attraper très très facilement et j’attends pas de voir l’eau monter,
puis par rapport au niveau d’eau je les lâche et quand ça monte à un certain niveau je les enferme.
Ici, c’est un havre de paix, un paradis. Quand j’ai acheté ici je savais que c’était un terrain en zone inondable, donc faut pas se voiler la face. »

Témoignage de Luc.

  • Retour
  • Retour

Trop près du Loing,
Les Tanneries

Luc

  • Retour
Luc



  • Retour