Pendant la durée de l’exposition Trop près du Loing, l’artiste a positionné l’image d’un limnimètre sur 5 façades (La salle des fêtes de Montargis, Le musée Girodet, Le Moulin Bardin, Le silo Caproga et Les Tanneries), pointant ainsi 5 étapes d’un parcours.

La carte du chemin

Chaque étape est présentée dans une application développée par les Tanneries. Il est ainsi possible dans le paysage même, d’entendre et de lire le témoignage et retrouver sous une autre forme le propos artistique de l’exposition.

On a été prévenus dans la journée qu’il fallait faire attention, que Montargis allait être inondé.
Mais comme on a le Vernisson, ça faisait trois ou quatre fois qu’on avait été inondé, mais l’eau s’arrêtait dans le jardin.Le lendemain ça repartait.

Puis à 10h j’ouvre la porte « ah…ça traversait ma véranda, alors j’étais en chaussons et je balayais, je balayais,
et puis mon petit voisin Eric, il me dit où t’en es Raymonde, alors il reprend un balai puis il m’aide à balayer, puis alors on balayait la véranda, l’eau on la poussait pour pas qu’elle rentre dans la maison…

Dis donc, on se retourne, il me dit Raymonde, Raymonde, il me dit, faut que je ferme le compteur. Il dit puis regarde, on a les pieds dans l’eau, il y avait 10 centimètres d’eau dans la maison.

Quand on a trente ans ou quarante ans, ça va, et alors que tout ce qu’on a eu toute l’année, toute sa vie, on n’a plus rien.
Et de voir tout, de voir tout parterre, tout ce que j’ai construit, tout est parti, je pouvais plus réagir et puis fallait s’occuper de l’assurance.

On va à l’assurance, très gentil, pas de problème et tout. Mais ils vous demandent des papiers, si j’étais bien propriétaire, je l’ai achetée en 53,
mais tout ce qu’ils ont entré dans leur ordinateur c’est à partir de 54, et il a fallu que je trouve le notaire, mais le notaire, il y a longtemps qu’il est mort…
Ce meuble-là, j’y tenais comme la prunelle de mes yeux, c’était mon oncle qui l’avait fait et il était très très très vieux et puis c’était à moi.

Avant j’avais trois fauteuils et un canapé, maintenant j’ai plus qu’un canapé, j’ai abandonné les fauteuils.
J’avais un lampadaire, j’ai plus de lampadaire. ce meuble là, c’est mon voisin, un monsieur qui a déménagé, qui me l’a donné.
Non mais j’vous dit il y a eu du bon aussi parce que ça m’a permis de connaître les voisins et puis de voir qu’il y a des gens qui sont formidables.
Ma petite coiffeuse, c’est pareil, ça je l’oublierai jamais, comme elle avait pas de client, elle est venu le lendemain, c’est elle qui m’a aidé à vider toute l’armoire et qui a emmené ça chez elle pour les laver.
Je suis rentrée chez moi le 23 novembre.

Témoignage de Raymonde.

  • Retour
  • Retour

Trop près du Loing,
Salle des fêtes

Raymonde

  • Retour
Raymonde




  • Retour